Online reputation management = grand menage de printemps

Paf, grosse question du soir.

Faut-il avoir peur pour sa réputation en ligne?

Non je ne parle pas de diffusion de sex tape sur des réseaux douteux. Tout le monde n’a pas les compétences de Paris Hilton ou de Pamela pour gérer (ou pas) un gros buzz qui donne un coup de fouet à sa carrière et se faire un nom. Je ne parle donc pas des images sous un infrarouge qui vous donne l’aspect d’un lapin en plein phare, je parle juste de simples et banales informations laissées au cours de sa vie on line sans même s’en apercevoir.

Je pense qu’il est aujourd’hui important de se poser un peu, de reprendre son souffle et de faire le point sur ce que l’on fait. (Pour l’introspection c’est partie !)

J’écris cet article ce soir, car en bonne looseuse web 2.0 que je suis, je viens seulement de découvrir avec un bon mois de retard, la polémique autour de l’organisation par Jérémy Dumont de Paris 2.0

Je suis plutôt choquée des choses que j’ai pu lire sur cette histoire. Je fais notamment référence à l’article de Emery Doligé. Soyons clairs, je ne m’offusque pas qu’il y ait un article de la sorte puisqu’il ne fait que donner un point de vue. Et perso, je me fous totalement du passif entre ces deux personnes, mais cet exemple m’a simplement permis de réfléchir au sujet, en me mettant à la place des deux protagonistes de l’histoire. Comment aurais je géré cette situation ? Est-ce que ce que l’on dit de moi sur la toile m’affecte ? Est ce que cela m’affecte autant qu’IRL ? etc…

Je constate notamment que les attaques, même si parfois justifiées, sont souvent violentes sur Internet et je pense qu’elles le sont encore davantage du fait de la virtualité de la relation. Tout est abstrait ! Et même si les écrits restent, physiquement on est loin, donc ca fait moins mal..

Quand l’attaque se fait à découvert, il me semble qu’elle devient plus supportable. Mon point de vue naïf d’une blonde s’insurge donc contre le côté anonyme qui m’énerve plus que tout, surtout concernant la diffamation.  A bas les vengeurs masqués à deux balles qui n’assument rien et les lynchages publics sur supports virtuels. Messieurs portez vos c*****s !

Mais ne nous égarons pas… La diffusion rapide des informations (ok sur mon exemple, j’étais à la bourre d’un mois, mais no comment !) doit faire prendre conscience que nous évoluons certes sur une zone libre où chacun peut s’exprimer de manière virtuelle, mais que les personnages et les conséquences sur leur vie sont bien réels.

Il n’y a cas voir le nombre de cas d’Amandine du 38 ! (Et non Jérémy Dumont, je ne te compare pas à Amandine, donc pas d’amalgame…).

Mais je prends conscience qu’il faut vraiment faire attention à ce que l’on fait sur la toile car les personnes qui analysent, interprètent ou relayent les infos ne sont pas toujours bien intentionnées. Beaucoup d’informations sont instrumentalisées à des fins personnelles et non professionnelles.  Mais rien ne sert de se plaindre de l’investissement des gens qui relaient l’information. Mieux vaut agir en amont de façon responsable. Oui, je vais devenir clairement en faveur d’un développement durable de ma petite personne.

Gérer sa réputation en ligne est de plus en plus compliquée. Le jugement des autres est rapide. N’avez-vous d’ailleurs jamais googlisé votre futur collègue pour mettre un visage sur son nom ? voir ses potes Facebook ? Connaitre ses goûts ? etc.. afin de se faire un avis avant même que celui-ci ait posé ses affaires ?

Il y a bien sûr des nuances à apporter. Je ne pense pas que tout soit nuisible et qu’on puisse reprocher à quelqu’un d’avoir une vie sociale, et des idées. Mais on pourra le discréditer du fait d’étaler certaines pratiques improbables. (CF la conversation récente à propos d’une personne qui mettait des photos d’elle plutôt hot à des soirées dévergondées accessibles à tous ses collègues de travail!)

Bon nombre d’informations peuvent porter préjudice une carrière. Car à l’heure de la virtualisation de nos vies (spéciale dédicace à Quecoeur), on porte notre image 24h/24h, 7j/7 dans le monde entier. Et nous portons de ce fait également l’image de notre réseau et notre employeur… La frontière entre le domaine du privé et celle du public est souvent difficile à gérer. Par exemple sur Facebook, qui ne fait pas cotoyer ses collègues, ses amis, ses copains d’enfance, sa famille et même ses contacts pro dans un même cercle où chacun a libre accès à des informations qu’en temps ordinaire on n’aurait pas forcément dévoilé  ?!

Mon rapport au Web évolue et je pense qu’il est important de prendre conscience que l’on ne peut pas faire n’importe quoi. Je me rends de plus en plus compte de la révolution quant au traitement de l’information sur soi et compte sincérement me mettre au travail de gestion de ma réputation en ligne.

Je ne suis pas là pour évangéliser sur la réputation en ligne, j’imagine que beaucoup se sont déjà penché sur la question, et je laisse le soin à nos favourite bloggeurs influents spé en web 2.0 de faire ca mille fois mieux que moi !

Mais même si je suis novice en la matière, je suis certaine qu’il est important que les gens aient conscience de l’environnement dans lequel ils évoluent et soient davantage responsables et transparents.

Même si Google joue malheureusement parfois le sale boulot de remueur de couteau dans la plaie, et si Internet devient une véritable scène où des acteurs s’en donnent à cœur joie, les internautes doivent être davantage éduqués et conscients de la transparence, souvent fausse, qu’il règne sur la toile.

Alors, sans tomber dans le cliché du monde des Bisounours où tout le monde est gentil et tout le monde est pro, j’espère que les internautes deviendront davantage citoyens en développant de bonnes pratiques notamment fondées sur l’éthique.

6 Commentaires

  1. Internet est devenu une grande roulette russe tellement il y a de faux profils d’ouverts et de fausses informations qui circulent.
    Oui ca affecte la e reputation des gens et au delà même ca questionne la qualité de l’information et la confiance qu’on peut avoir dans les internanutes, comme étant sincèrement interessés par la « vérité ».
    C’est pourquoi j’ai monté la fake party = http://www.lesaperosdujeudi.com
    On jouera a chatroulette pour voir si ca peut être drole de parler avec n’importe qui de n’importe quoi …
    Tu viens ?
    Sinon….tu sembles chercher une solution, tu la vois du coté de l’ethique….oui un groupe des sages pourrait se former et rediger une netiquette.
    Sinon les réseaux sociaux devraient pouvoir reguler l’information et les gens.

  2. Ton point de vue est intéressant, et j’aime l’idée de l’éducation + de la citoyenneté sur Internet.

    Je me souviens de ces cours de… comment cela s’appelait-il ?? Ah oui ! Education civique et citoyenne…

    Et pour le web, on en parle à l’école de nos enfants ? De ce qu’il faut faire, de ce qui est éthique ou pas, de la gestion de son identité numérique ?

    Un beau sujet de réflexion, j’espère que d’autres personnes comme toi continueront à développer leurs idées.

  3. Pour ce qui est de la transparence , il faudra repasser . Hormis les peoples qui y trouvent un intérêt financier ou quelques hurluberlus qui s’imagine que le net c’est la vie , la majorité des internautes falsifie toutes les données en relation avec leur réel identité , à commencer par moi même .
    Je trouve malsain et dangereux de s’étaler pour de vrai sur la toile . Tout au plus on peut y dévoiler une facette de son profil psychologique et au lecteur de se faire une idée qui n’est pas forcément proche de la réalité . Maintenant pour ce qui est des internautes qui profitent de l’anonymat pour y déverser leur fiel , insulter les autres ou se permettre des jugements à l’emporte-pièce parce ce qu’un malheureux (se) a eu la naiveté de se dévoiler au propre comme au figuré , c’est probablement parce que dans la vie réel ils n’ont pas de couilles .

  4. Merci à tous de votre retour et de votre vision des choses.
    On ne peut en effet empêcher les gens de falsifier des informations les concernant. Mais je ne pense toutefois pas que ce soit la majorité des internautes qui agissent ainsi (@Metextoff: je suis surement une pov’ fille qui pense que le net c’est la vie alors ^^).
    Sans vouloir faire de la psychologie à deux balles, il est évident que nous forçons tous sur certains traits de caractère, de personnalité, dans nos activités online afin de renvoyer une image au plus proche de ce que l’on veut paraitre auprès de notre réseau.
    Quoi qu’il en soit, sans pouvoir empêcher ce comportement, je pense sincèrement que plus de transparence pourrait simplement avorter certaines dérives d’anonymes lâches.
    Merci

    PS: rien à voir, mais je compte rééditer ce billet, juste pour insérer l’article qui m’avait amené à cette réflexion (débat entre MRY & Jeremy Dumont). bonne journée à tous

  5. Plus que l’E-reputation, c’est l’e-identité qui m’inquiète. En effet, il est très aisé de créer un profil dans un réseau tel que twitter, facebook… d’y rajouter votre photo et de vous faire dire n’importe quoi…

    A partir de là, tout est possible : créer un blog hébergé dans un pays exotique et faire tenir à une personne des propos racistes, xénophobes…

Trackbacks

  1. Dis, toi aussi tu consultes ? Non j’ai Formspring « Mamzellecha's Blog
  2. Dis, toi aussi tu consultes ? Non j’ai Formspring « MamzelleCha

Laissez un commentaire