Nanamy, nananereuhhh

Comme je l’évoque depuis plusieurs mois dans mes billets, les sites de rencontres sont véritablement tendances: toujours plus nombreux et toujours plus spécialisés. (voir aussi Les sites de rencontres, pour le meilleur et pour le pire.)

Petit nouveau dans le genre: Nanamy. Les créateurs du site, sûrement dopés à Sex And The City ont lancé en mars 2010 un réseau conçu pour favoriser les rencontres amicales entre filles.

Le site a encore peu de notoriété. D’ailleurs, pour le moment, seulement 12 membres sont enregistrés et seulement 3 messages postés.

Pour être honnête, même si l’idée n’est pas mauvaise, je ne parie pas sur la réussite de celui-ci pour plusieurs raisons:

1. Le concept peu novateur: depuis toujours, même avant l’avènement du girl power, les femmes se rassemblent pour échanger. Elles n’ont jamais eu besoin d’une plateforme dédiée qui de surcroît ne leur apporte rien de particulier en terme de services. Les plateformes spécialisées pour les femmes sont déjà bien implantées et proposent plus qu’une simple facilitation des échanges. En effet, elles intègrent de l’édito, des forums, des avis d’experts sur certains sujets, etc. Dans quel secteur concurrentiel se situe le site? A t il pour ambition de rivaliser avec des mastodontes du genre Aufeminin.com ou encore Magicmaman.com, etc.? Souhaite t il devenir une référence en terme de réseau social  girly? Bref, l’offre est simple, mais on a du mal à identifier l’utilité et à catégoriser ce nouveau challenger.

2. Le nom! Sincèrement, le brand naming est un aspect crucial a ne pas négliger. Celui ci évoque plus les serviettes hygiéniques, une émission de téléréalité avec une célèbre nounou, ou encore une interjection enfantine. En tant qu’internaute, on a pas du tout envie de dire que l’on s’est rendu puis qu’on a rencontré une nouvelle copine sur Nanamy.

3. Le end user en a marre d’avoir des dizaines de profils disséminés partout, et de devoir se logger plusieurs fois par jour avec un login et un password différent pour pouvoir accéder aux sites contenant des informations qui lui sont personnelles.

4. La plateforme en elle même n’est pas très aboutie. Le design laisse à désirer puisque créé sans vraie recherche via le service forumactif.com. D’un point de vue fonctionnel, le seul avantage est de pouvoir rechercher un contact par zone géographique ou par région, et non par centre d’interêt. C’est même la baseline du site: « Nanamy, LE un site de rencontres amicales entre filles classé par tranches d’âges et localisations ! »

5. Enfin, la principale raison est que la cible féminine ne peut être considérée comme une cible en soi. La segmentation est trop grossière. Des femmes de 20, 30 ou 50 ans n’auront pas réellement de points communs qui permettent à une marque de leur parler exactement de la même façon, et d’appréhender leurs insights de façon pertinente.

Les femmes ne peuvent être considérées comme une masse. C’est une somme d’individus avec des caractéristiques particulières selon les profils. De plus, les relations qui les unissent sont très complexes. Déjà que IRL les femmes sont parfois difficiles à comprendre intégralement, en ligne elles deviennent encore plus exigeantes notamment parce qu’elles ne subissent les relations sociales mais sont proactives dans leur recherche d’interactions.

L’objectif de ce billet n’est pas de descendre en flèche ce nouveau site, mais seulement d’insister sur l’importance de certaines notions qui me semblent capitales pour la réussite d’un projet visant une cible féminine.

0 Commentaire

Trackbacks

  1. Je date, tu dates, SheDate « Mamzellecha's Blog
  2. Je date, tu dates, SheDate « MamzelleCha

Laissez un commentaire