Menagere numerique ou le concept insignifiant

Aujourd’hui je suis tombé sur une étude Médiamétrie « Media in Life » qui étudiait le comportements des femmes « addict » à Internet et les répercussions que cela avait sur leur vie personnelle.

 

 

Pour ces « ménagères numériques » , le fait d’être connecté en permanence (pour Médiamétrie cela signifie au moins une fois par semaine) leur laisse moins de temps pour d’autres activités , notamment les loisirs, le repos et le sommeil.
Est ce que le fait d’avoir des cernes est synonyme de grosse activité en ligne… je ne sais pas.
Par ailleurs, effectuer ses achats en ligne est selon moi bien plus une véritable source de repos, que de fréquenter les Galeries Lafayette en période de soldes !


Selon cette études, ces femmes semblent donc plus actives que les autres femmes et entrent en contact avec plus de personnes au quotidien. Elles sont à la limite de l’hyperactivité durant la semaine !
Elles semblent également moins sensibles aux médias traditionnels sauf peut être à la télévision .
Oui, mais livetweeter TOP CHEF est ce que c’est une activité qui ne peut être considérée comme du loisir ? TBD

 

Pour être honnête, les résultats de cette étude sont assez décevants. Même si c’est uniquement d’un point de vue statistique, le fait de considérer les femmes qui utilisent internet et qui se connectent au moins une fois par semaine toutes de la même façon me gène.
En effet, connaissez-vous encore des femmes qui se connectent moins d’une fois par semaine ?
Même ma mère, qui on peut le dire n’est pas une « digital mum » (LOL sur ce terme aussi, retrouvez mon billet sur les digital mums ici .. ) se connecte presque quotidiennement à Internet. Et pourtant nous sommes bien loin d’avoir la même consommation des médias !
Le terme ménagère m’a également posé problème. Le fait d’être une femme de moins de 50 ans ne devrait pas être un élément réducteur qui permet de considérer chaque femme de la même façon.

Ceci n’est pas un billet féministe, mais je trouve que poser des étiquettes de cette façon ne fait pas avancer les débats.
Les études marketing doivent aller plus loin et affiner leurs cibles. Toutes les femmes de moins de 50 ans ne sont pas toutes les mêmes et donc pas toutes des ménagères. Et le fait de se connecter au moins une fois par semaine ne doit pas être un critère déterminant de l’intensité de l’activité en ligne.

1 Commentaire

  1. Bonjour, C’est un article vraiment intéressant: je me sens concernée même si à la fois je n’ai pas envie que l’on me colle la dite étiquette :) !
    Vous avez éveillé ma curiosité en commentant mon article sur les lampions-montgolfières. Malheureusement et je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas parvenu à vous contacter sur l’adresse que vous m’avez laisser en commentaire.
    C’est pour cela que je vous invite, si vous avez toujours quelque chose à me proposer, à me recontacter en passant par le formulaire de contact de mon blog : http://leshowdeco.blogspot.com/. Peut être à bientôt!

Laissez un commentaire